Réalisation de croix funéraires

Prologue

Les rites funéraires, ou funérailles, sont un ensemble de gestes, de paroles propres à une population ou un pays. S’ajoute à cela, dans certains pays, des danses accompagnant le défunt pour lui rendre hommage. En général, ces rites relèvent de près ou de loin à la religion.

Dans nos contrées, quelle que soit notre confession, les mœurs ainsi que la législation belge imposent des rites chrétiens, comme l’inhumation et le retour régulier sur la sépulture. Il y a aussi une certaine coquetterie, nous cherchons le plus beau pour honorer la mémoire de nos défunts, car cela atténue la douleur de leur perte.


Choix de l’essence

afzelia-africaine
Un afzélia

Mon choix s’est naturellement porté vers l’afzélia doussié, un bois très dur (densité de 800 Kg/m³) et durable de centre-Afrique.

Il s’agit d’un bois très stable, même en extérieur et exposé aux intempéries. Il peut être traité, mais cette opération ne s’avère pas nécessaire, car sous l’influence des ultra-violets, l’afzélia ne fait que grisonner par délavement des afzélines, qui sont des contenus cellulaires.


Conception

abfer4050_1395935088
Un fromage à moulure

La croix funéraire, le mobilier de nos cimetières ainsi que nos rites funéraires ne permettent pas énormément de sortir des sentiers battus, la conception de ce type d’ouvrages ne peut se faire avec trop d’excentricité.

Cependant, j’ai essayé autant que possible de faire correspondre mon ouvrage à la personnalité du défunt à qui appartiendrait cette croix, essentiellement à travers les finitions apportées.

Le premier labeur de ce type que j’ai matérialisé, pour un membre de ma famille, à été fait avec la plus grande justesse, avec de la sophistication dans la réalisation.

La deuxième croix funéraire que j’ai créée, pour mon meilleur ami, était plus brute, les méthodes de fabrication restant les même, j’ai pensé les finitions plus rogues.


Débit des bois

afzelia-sealed-jh
Le fil de l’afzélia

Suivant la finition à obtenir, le débit se fera de façon différentes.

Il faut savoir que l’afzélia est importé en Belgique sous forme de voliges et de poutres avivées, et donc relativement droites et belles. Il suffit donc de le dégauchir pour obtenir une face et un champ parfaitement plats et d’équerre, pour ensuite enchaîner sur un rabotage.

Pour l’autre croix aux finitions plus brutes, j’ai simplement dégauchis une face, puis raboté au rabot manuel l’autre face et les champs pour garder les marques de débit.

Dans un cas comme dans l’autre, on coupera les pièces à longueur, en croisant les cercles annuels et en superposant les pièces.

 


Usinage des bois

12226503_865002213617017_309279543_n
Vue de détails des moulures pendant le collage

L’usinage (ou façonnage) des pièces s’est faite uniquement sur la première croix funéraire.

Il s’agissait là de réaliser un ouvrage raffiné, ce pourquoi mon choix s’est tourné vers des moulures à triples arrondis arrêtées, ainsi que l’usinage sur deux faces uniquement sur les montants, pour ajouter à la sophistication de l’ensemble.

J’ai arrêté les moulures de façon à créer un arc de cercle pour casser cette impression d’angles durs.


Encollage des pièces

dscn5710

L’encollage des monuments funéraires, l’un comme l’autre, se fera à l’aide de colle polyuréthane, parfaitement adaptée à la nature du bois ainsi qu’aux conditions de l’extérieur.

Le collage à été fait par étapes :

  1. Sur la traverse dorsale est collée une traverse faciale;
  2. Sur le montant facial est collé le montant dorsal;
  3. Les deux pièces sont solidarisées;
  4. La dernière traverse est collée, ainsi que le dernier montant.

Le temps de prise de cette colle est d’au moins 24 heures, même si un délai de 48 heures dû à la nature de l’essence de bois n’est pas de trop.


Finitions

Les finitions sont un indispensable à ne pas faire à par-dessus la jambe dans ce type d’ouvrage.

La première finition à réaliser est de découper une pointe au bout de la croix, permettant une entrée facile dans la terre.

Vu la densité du bois, j’ai été très attentif à avoir des arasements les plus justes possibles, pour avoir à faire un ponçage minimum. À cette époque, en 2015, je ne possédais pas encore ma Festool Rotex. Le collage ayant été réalisé avec perfection, les joints étaient invisibles, et la croix magnifique après un ponçage au papier très fin (P120, P180 et enfin P240) et un vernis clair.

Dans le cas de la croix brossée, j’ai réalisé la finition avec une simple brosse en fer, la croix étant destinée à vieillir naturellement. Pour le transport et la mise en place, j’ai tout de même légèrement poncé celle-ci pour enlever un maximum d’échardes.

Elles ont toutes les deux été mises en place au marteau, en pleine terre, avec une cale de bois tendre évitant de taper directement sur les croix.

Ces ouvrages sont en pleine terre, exposées aux intempéries depuis respectivement deux ans et 10 mois, sans montrer de signes de mouvements dimensionnels, de moisissures ou autres signes dégénératifs du bois… Rendant un dernier hommage à nos regrettés défunts.

 

À mon ami Philippe et mon Grand-père Jean.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s