Parachèvement d’un pan de mur

Prologue

16472833_111368026047208_8734585978665507251_n
Le JetLag Bar, rue Montmorency, 13, à 4500 Huy (Belgique)

Avant la future ouverture du café JetLag Bar de Huy (en Belgique – Pour lequel j’ai réalisé un tableau noir), et en faisant le tour du bâtiment avec les futurs gérants, nous avons remarqué que la porte des toilettes pour hommes ne fermait pas.

En effet, l’édifice n’ayant été chauffé pendant plus d’une demi-année, l’humidité s’est installée. Additionné à ce problème, les anciens locataires avaient entièrement fait cloisonner et carreler les toilettes, mais sans isolation. L’humidité a donc traversé les blocs en béton pour s’amonceler sous le carrelage… Qui s’est décroché et à arraché l’ébrasement de porte.

J’ai donc choisi de remplacer le carrelage imperméable par une plaque de plâtre résistante à l’eau et qui laissera un peu mieux respirer le mur. Il y aura tout de même une habitude à prendre, celle d’aérer le plus possible les lieux, qui seront toujours humides.


Dépose du carrelage

img_20170210_104155

J’ai donc commencé par décrocher la jambe droite de l’ébrasement, puis le parement, carrelage par carrelage.

Le mur est composé de blocs de béton creux, recouverts de plâtre. C’est d’ailleurs celui-ci qui a absorbé l’humidité ascendante et traversante, et qui était d’ailleurs humide et pâteux.

Sur le plâtre était placé un mélange à base de ciment, dans lequel à été tiré un câble de mise à la terre.

Après avoir retiré les carrelages, ils ont été entassés près de l’entrée en vue de leur évacuation. Le câble électrique quand à lui été nettoyé.


Nettoyage du murimg_20170210_121221

Après avoir retiré le dernier carrelage, j’ai nettoyer le mur de blocs.

Une brosse en fer est utile dans ce type d’ouvrage à remettre en état : Elle permet de décrocher le plâtre résiduel ainsi que d’enlever un maximum de taches de moisissures.

Par précaution pour l’avenir, j’ai également réalisé une saignée dans le mur pour y encastrer le câble électrique de mise à la terre. Il est maintenu dans sa rainure à l’aide de deux points de colle à base de ciment.

J’ai ensuite brossé à la base du mur pour éviter le rejet ultérieur de poussières de plâtre ou de béton. Le reste de la pièce n’a pas été brossée pour faciliter le nettoyage des éventuelles coulées de colle, qui choiront dans la poussière et pas sur le carrelage.


Pose des plaques de plâtre

img_20170210_123337

Le mur propre, le mélange gâché, j’ai découpé la plaque de plâtre à mesure, pour laisser mûrir la colle.

J’ai laissé un jeu au bas des plaques d’environ 5 mm, pour éviter l’infiltration d’eau de lavage dans le parement.

Pour le collage des plaques, après vérification que celles-ci s’ajustent parfaitement, je l’ai positionnée de biais pour y couler ma colle. Après l’avoir étalée en couche suffisamment épaisse que pour se fixer au mur, j’ai ajusté ma plaque à fleur des carrelages la surmontant. Elle a été ajustée à l’aide de cales de bois.

Pour maintenir ce parement de finition le temps que prenne la colle, je l’ai coincée avec un déchet de bois. Il suffit de deux à trois heures pour qu’un séchage superficiel opère et scelle les plaques.


Pose de la plinthe

img_20170210_140935

La plinthe, élément de finition très important car existante sur le pourtour de la pièce, est essentielle.

Étant à base de bois massif et peinte, je l’ai utilisée pour maintenir mes plaques de plâtre en place en la fixant à l’aide de plusieurs vis, recouvertes par après de pâte de finition.

Sur la photo ci-contre, les plaques sont en train de sécher, la plinthe est fixée et une première finition à été appliquée sur la jointure des plaques.


Finitions

img_20170210_145643

Les finitions primaire ont été réalisées, ce qui correspond à un rebouchage rapide des trous.

Pour éviter d’appliquer une trop grande épaisseur de plâtre et que celle-ci coule à cause de son poids, je réalise toujours le parachèvement final en deux ou plusieurs étapes… Quitte à venir plusieurs jours de suite pour terminer le travail.

Il ne manque plus ici qu’à appliquer une mince couche de plâtre blanc, ainsi qu’un joint de silicone blanc au bas de la plinthe et aux jointures latérales pour un meilleur fini.

Enfin, un léger ponçage laissera place nette pour la mise en couleurs par les nouveaux gérants et moi-même… Ce qui fera l’objet d’un futur article !


Une réflexion sur “Parachèvement d’un pan de mur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s