Création d’une armoire sur mesure

Cet article fait suite à la conception d’une armoire sur mesure.

Prologue

Depuis mon article sur la conception de cette armoire, quelques éléments ont changé, comme l’absence d’un fond (gain de place) et le type de panneau utilisé (MDF au lieu de l’aggloméré, ce qui est purement économique).


Débitage des panneaux

img_20170221_091118

À l’aide de ma Festool TS 55, j’ai débité les deux panneaux MDF nécessaire à mon caisson.

Ce meuble a nécessité un panneau de 18 mm d’épaisseur, dans lequel j’ai découpé les deux montants, les deux traverses et plusieurs tablettes, ainsi que le socle remplaçant les pieds réglables. Un panneau de 10 mm était aussi nécessaire pour la base des portes, sur lequel à été collé un panneau de multiplex en chêne.

J’ai utilisé une lame à 48 dents pour couper le panneau à base de fibres de bois et une lame à 24 dents pour couper le panneau surfacé chêne.

L’idéal pour ce type de travail est de posséder un rail Festool FS2500 de 2,5 mètres, mais les deux rails FS 1400 assemblés entre eux font également assez bien l’affaire. Il faut simplement veiller à l’alignement de ceux-ci avec un guide d’au moins 2 mètres.


Encollage des chants

J’ai ici réalisé l’ensemble des étapes de mon article sur l’encollage des chants, que je ne répéterais pas ici pour éviter les doublons.

Il s’agit de chants de finition chêne ordinaire, dont j’ai coupé les chants à 45°.

16880927_1221591194624782_1349396084_o

 


Assemblage du caisson

Le meuble étant destiné à être encastré dans une baie, seuls les faces intérieures des montants et des traverses seront visibles, ce qui m’a permis d’assembler plus rapidement ce meuble.

J’ai d’abord vissé les traverses dans les montants avec des vis de 3,5 x 40 mm. Une plus grande section de vis pourrait éclater le chant du panneau MDF.

Les tablettes fixées à fleur du bord des montants, j’ai ajouté deux tourillons de 8 mm, qui sont collés et enfoncés à l’aide d’un maillet en caoutchouc. Les montants ne sont pas destinés à être visibles, je n’ai donc pas chipoté à réalisé une finition ici.


Réalisation des perçages de quincaillerie

img_20170222_145506

J’ai choisi pour ce meuble de la quincaillerie Hettich, plus précisément des charnières automatiques à visser Sensys, sans coudure, pour une ouverture de 110°, ce qui dégage l’accès à l’intérieur du caisson quand les portes sont ouvertes.

Il est nécessaire de posséder une mèche de 35 mm de diamètre pour le boîtier de la ferrure. Ce perçage s’effectue en fonction du système 32 (System 32) en hauteur. Il se place à environ 2 mm du chant de la porte; Cette dimension dépend du recouvrement du montant du caisson voulu.

On peut ensuite mettre la charnière en place et la fixer pour tester que celle-ci s’ajuste bien à la porte; Le recouvrement quand celle-ci est fermée doit être de 3 à 5 mm.


Collage du panneau de finition sur la porte

img_20170222_134542

Il s’agit de coller un panneau à base de fibres de bois sur un panneau possédant un placage massif : On peut donc sans hésiter utiliser une colle à bois D3.

Pour rigidifier l’assemblage, j’ai collé le pourtour de la porte à l’aide d’un polymère, en addition de vis de 16 mm permettant de passer le serrage à l’aide de presses.

Les perçages de 35 mm pour la quincaillerie doivent être approfondis de 4 mm. Pour un meilleur serrage de la charnière sur la pose, on peut utiliser des vis d’une longueur allant de 16 à 20 mm.


Montage du meuble

Les charnières automatiques seront clipsées sur leurs embases, et les embases fixées sur une droite tracée à 37 mm du chant du meuble. On vérifiera leur fonctionnement avant de fixer solidement le meuble pour éviter qu’il ne se torde et casse pendant le transport.

J’en ai également profiter pour recouvrir ses angles de carton, coller ses portes avec du papier adhésif à peindre et couvrir le tout d’un plastique avant de le poser sur un panneau surélevé pour me permettre de le déplacer à l’aide d’un diable, jusqu’à l’attelage qui me permettra de la déposer sur chantier.

img_20170222_175351


Livraison sur chantier

img_20170223_175802

Vu les dimensions du meuble, je le déplacerais jusqu’au chantier à l’aide d’une voiture et d’une remorque. Pour le déplacement de l’atelier ou est entreposé le meuble à la voiture, j’utiliserais un diable, permettant de déplacer seul le meuble sans que celui-ci ne touche le sol.

Avant de démarrer, le caisson sera déposé sur un panneau, et des bois vissés dans les montants qui maintiennent le meuble d’équerre,  le tout posés sur une couverture évitant au meuble de glisser ou de s’imprégner de l’eau contenue dans le plancher de la remorque.

img_20170224_085800

Les portes seront maintenues en place à l’aide de cartons pliés et collés à l’aide de tape à peindre collés sur les parties non-visibles du meuble (traverses et montants) afin d’éviter de tacher ou d’abîmer les portes surfacées de chêne. Car, sachez-le, le placage massif de bois précieux ou semi-précieux ne fait que 1/10 à 1/2 millimètre d’épaisseur !

Le tout sera couvert d’une bâche et sanglé.

Je vous passe les problèmes que mon voisin et moi-même avons rencontré quand au fait de sortir le meuble face vers l’extérieur, debout, sur un diable, du fait d’un meuble faisant 859 millimètres de largeur à passer dans une baie de porte de 87 centimètres !

Le débarquement à été identique au chargement : J’ai descendu le meuble de la remorque pour le déposer sur mon diable, mais cette fois, avec les portes posées sur un carton coincé sur le diable.


Pose

img_20170224_102518

Le meuble étant posé sur un socle de 150 mm de hauteur, pour permettre la pose d’une plinthe et empêcher qu’on doivent se baisser trop bas pour atteindre la première tablette mais sans pour autant perdre un trop grand volume, j’ai positionné celui-ci parallèle au pan de mur à gauche du meuble.

Pour maintenir ce socle, j’ai posé deux morceaux de tape adhésif à l’intérieur.

Pourquoi un socle, me direz-vous ? Je me suis d’abord orienté vers des pieds à vérins réglables mais les embases de ceux-ci auraient été trop proches les unes des autres. De plus, le socle est une alternative moins coûteuse (utilisation de déchets de panneaux) et bien plus solide que les pieds.

img_20170224_113308

Le meuble étant posé sur mon diable, je l’ai présenté face à la baie où il serait déposé, les montants parfaitement dans l’alignement des jambages.

J’ai ensuite mis le meuble à porte-à-faux pour glisser l’arrête arrière de la traverse inférieure sur le socle; Il a ensuite suffit que je redresse le meuble et que je le pousse pour que celui-ci se mette en place.

Avant toute fixation du meuble, j’ai calé celui-ci à l’aide de cales d’épaisseur en bois, et vérifié son équerrage par les diagonales. Le meuble n’ayant pas subit de grosses déformations et vu la fixation du caisson, celui-ci était toujours d’équerre.

Après cela, j’ai posé quatre équerres métalliques : Deux de chaque côté au niveau de la tablette supérieure; Deux de chaque côté également sous la première tablette. J’ai alors pu récupérer mes cales d’épaisseur. La face de la tablette supérieure et le dessous de la tablette inférieure n’étant pas visibles par une personne de taille normale debout, les fixations sont « invisibles ».

J’ai ensuite vissé le meuble dans son socle et collé la plinthe à l’aide d’un polymère, en faisant trois points de fixation. J’ai ajusté celle-ci à fleur du chant du caisson, et j’ai au préalable réalisé un joint de silicone assez épais pour éviter le contact du bois sur le sol.

Pour terminé, j’ai réalisé un bref réglage des portes, nettoyé le meuble, pris un café et remballé mes outils.

img_20170224_113252

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s