Restauration de sol en bois

Prologue

Le bois dans la maison à toujours été un signe extérieur de richesse, et est très appréciable dans la vie de tout les jours. En effet, il s’agit d’un produit écologique, durable et chaud au toucher.

C’est également, au jour d’aujourd’hui, une solution aux problèmes d’allergies, au vu des multiples types de parquets et planchers existants (massif, semi-massif, stratifié,…).

Dans le cas présenté ici, il m’a été demandé de décaper une série de paliers recouverts de plancher massif en sapin rouge, vieux d’environ 100 ans. Le soucis était « l’entretien » qu’à subit ce plancher : Des couches successives d’un produit de finition, un vinyle collé recouvert d’un autre vinyle, un revêtement minéral ressemblant à de l’égaline…


Louer l’outillage nécessaire

Vous pouvez louer n’importe quel type de ponceuse nécessaire à ce type de travail dans des entreprises comme Mister Floor. Demandez toujours une démonstration et un essai de fonctionnement de ce type de machine, car elles ne sont pas faciles à utiliser.

Dans le chantier présenté ci-dessous, il n’était pas envisageable de réaliser une telle location à cause de la taille des paliers (environ 1,5 m² par palier, 10 m² au total).

49115900_2-300x225


Préparation du revêtement

 

La première chose à faire est de retirer les couches de matière non-boiseuses qu’on peut retirer à la main. J’ai donc arraché les couches de vinyle, gratté à l’aide d’un racloir la colle, éclaté l’égaline…

Cela fait, j’ai ensuite chassé les clous fixant les lames de plancher sous la surface de celui-ci, et arraché les clous maintenant le vinyle.


Décaper à la chaleur

Tout d’abord, il est nécessaire de s’équiper d’EPI, ou tout du moins un masque pour se préserver des émanations due à la combustion des résidus de produit. Il faut également veiller à bien aérer son espace de travail.

J’ai décapé la colle à vinyle à l’aide d’un décapeur thermique. Cela permet de chauffer celle-ci jusqu’à ce qu’elle cloque et se décolle du support. Il suffit ensuite de la racler pour la faire disparaître !

Le décapage du bois se fait à faible température, soit un maximum de 300°. Pour le métal, on peut monter à 600°. À cause de cette chaleur, il faut toujours être en mouvement lors du décapage pour éviter de brûler le support. Le plus facile est de faire des mouvements courts de va-et-vient avec le décapeur tandis qu’on gratte de l’autre main.

Si vous soupçonner la présence de plomb ou d’amiante dans les produits à décaper, faites toujours appel à une entreprise spécialisée !


Poncer à l’aide d’un disque à lamelles

Dans le cas ou il n’est pas possible d’utiliser un décapeur thermique, l’utilisation d’un disque à lamelles P40 ou P60 peut être efficace. Il est indispensable de bien aérer l’espace de travail et d’utiliser un masque à poussières performant.

Ce type de disque se monte sur une meuleuse d’une relative puissante comme la Milwaukee AGX 10. Un meuleuse trop peu puissante forcerait beaucoup trop dans ce type de travail.

J’ai utilisé cet outil lors du décapage d’un palier recouvert d’une espèce de lasure, pour retirer un à deux millimètres de matière et revenir au bois brut.

Noter qu’utiliser ce type d’outil sur du bois nécessite une grande précision pour éviter de créer des vagues dans le bois, ce qui est dû à la vitesse de rotation de la machine (plus de 200 tours par secondes, moins de 90 pour une ponceuse).


Poncer à l’aide d’une ponceuse rotative

Le ponçage de finition, destiné à aplanir la surface du bois, convient parfaitement à la Festool Rotex RO 150. On peut également poncer les fines couches de finition à l’aide de feuilles de ponçage grossières, mais le risque de très vite saturer celles-ci est là, et augmente considérablement le coût du travail.

L’usage de feuilles de ponçage d’un grain progressif (P60, P120, P180 et P500 entre les couches) permet d’obtenir la meilleure finition.

IMG_20170328_113039


Ponçage de finition

festool-rotex-ro-150-3

Le ponçage de finition est l’opération indispensable précédant la pose du produit de finition, c’est elle qui lisse la surface du revêtement pour la préparer.

Après, il faut soigneusement aspirer et nettoyer le plancher ou le parquet à l’aide d’une loque non-pelucheuse propre et légèrement humide. Cela aura pour effet de retirer les micro-poussières résiduelles.

L’idéal est de réaliser le ponçage avec un aspirateur, puis de nettoyer les paliers à l’aide d’une brosse sur ce même aspirateur.


Pose du produit de finition

IMG_20170329_150303

Pour ces paliers, le produit choisi est un vitrificateur pour parquet en phase solvantée à la finition satinée, non teintée. Je l’ai appliquée au rouleau, et ai réalisé les finitions au pinceau.

J’ai appliqué deux couches en respectant environ 36 heures de séchage entre celles-ci, en plus d’un ponçage à l’aide d’une feuille à poncer de P500.

Après un séchage complet et d’éventuelles retouches, l’idéal sera d’appliquer une couche de ce même vernis tout les 5 ans environ, ou plus tôt suivant le trafic subit par le plancher.


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s