Création d’un cheval à bascule

Prologue

Cheval à bascule 2Cet article fait suite à la conception d’un cheval à bascule sur base de méranti et de sapin rouge, en vue d’une fête, pour l’offrir à ma filleule.

J’ai ajouté quelques éléments non-présents sur mon plan, à savoir la crinière du cheval ainsi que des découpes de méranti faisant mèches dans la queue, trop compliquées à dessinées sur mon logiciel de dessin.

De plus, pour éviter de faire trop de chutes en méranti, j’ai choisi cette essence pour réaliser les écarteurs des arcs de bascule.


Débit des bois et corroyageIMG_20170508_094203

J’ai tiré les pièces en méranti des voliges restantes de la réalisation des clôtures de jardin et barrières précédemment réalisées; Le sapin provient de poutre de toiture récupérée voici un peu plus d’un an.

J’ai débité la plupart de mes pièces à longueur avant d’en dégauchir une face et un chant, pour les déligner facilement sur la scie circulaire.

La suite des opérations s’est faite comme d’habitude : Raboter à l’opposé du côté dégauchis, réaliser un dernier passage sur cette face dégauchie et toujours régler la machine en montant.


Débit des arcs

IMG_20170508_135447Deux des pièces compliquées à réaliser était les arcs de bascule, qui doivent d’une part présenter un léger plat pour permettre au cheval de se tenir facilement droit, et d’autre un arc de cercle constant et parfaitement lisse.

J’ai utilisé une corde ordinaire pour tracer ce dernier, que j’ai découpé à l’aide de ma scie sauteuse Festool Carvex, montée d’une lame à débit.

Cela fait, j’ai accolés dans l’étau les arcs pour en poncer l’extérieur avec ma ponceuse excentrique Festool Rotex, et l’intérieur avec une cale de bois arrondie. Le grain du papier à été choisi de manière dégressive : P60 pour arrondir grossièrement, P120 et P180 pour les finitions.


Montage de la basculeIMG_20170508_143226

Les arcs finis, j’ai pu monter les écarteurs préalablement débités et fraisés.

Ceux-ci sont assemblés à l’aide d’un tourillon de 10 millimètres de diamètre, collé à l’aide de colle blanche D3. Après un temps de pressage d’environ 6 heures, j’ai pu appliquer les jambes de mon cheval selon la même technique, avec le même temps de pressage.


Débit du corps

IMG_20170508_180550Lors du séchage de ma bascule, j’ai monté et découpé le corps de mon cheval.

Ce dernier étant en sapin, j’ai utilisé une lame à fine denture pour réaliser mes coupes; J’ai également réalisé une coupe avec ma Festool TS55 pour obtenir une coupe parfaitement droite, que j’ai équarrie à la scie sauteuse.

En utilisant les chutes obtenues lors du débit des arcs, j’ai découpé, avec cette même lame, une crinière ébouriffée que j’ai rapporté sur le cou de l’animal, avec la méthode des tourillons. Il faut surtout prendre garde à ce que ceux-ci ne soit pas visibles dans les perçages.

Enfin, lors du séchage de celle-ci, j’ai percé et rapporté la fixation de l’assise, fixée à l’aide de 4 tourillons de part et d’autre du corps. Ces morceaux d’assises sont ajustés à la coupe droite préalablement réalisée.


Montage du corps

La crinière ainsi que le toupet de l’animal secs, j’ai encollé, appliqué et serré l’assise.

Du fait de sa faible épaisseur (environ 25 millimètres), elle doit être serrée dans deux dimensions : D’abord pour presser le serrage; Ensuite pour forcer celui-ci à être droit. Pour ma part, je l’ai coincée de part et d’autre d’un déchet de forte épaisseur au dessus, et d’un déchet de lame de parquet de l’autre.

IMG_20170509_092558


Assemblage du cheval

IMG_20170509_092605Viens ensuite la partie la plus délicate : Réaliser les enfourchements sur les jambes.

Le problème se pose comme lors de la conception : Rien n’est perpendiculaire aux axes de hauteur, largeur et profondeur : J’ai donc du réaliser tout mes traçages sur base d’une fausse équerre et des entailles réalisées dans le corps de mon cheval.

Pour vérifier la justesse d’un angle sur la fausse équerre, il suffit de réaliser un trait, puis un autre trait avec l’équerre dans la position opposée.

Si ceux-ci se chevauchent parfaitement, l’angle est bon. Sinon, un ajustement s’impose.

J’ai ensuite réaliser les multiples et indispensables rectifications pour fermer mes arasements.


Finitions

J’ai finalement poncé l’entièreté de mon cheval à l’aide de papier de finition (P180 à P220) en l’attente de l’application d’une huile de protection naturelle.

J’ai apposé, en vue de la finition, quelques vis en Inox, ainsi qu’une poignée tournée, traversant le cou du cheval. Quelques chanfreins réalisées et arrêtes cassées, j’ai exempté celui-ci de la poussière et extrudé un peu de pâte à bois dans les quelques arasement ayant bougé.

IMG_20170509_111546

S’agissant ici d’un jouet destiné à des enfants, je vous conseille très vivement l’utilisation d’une huile de protection naturelle.

Il en existe une multitude dans le commerce, et même si leur coût est parfois plus élevé, il est préférable pour la santé de nos bambins.


 

Une réflexion sur “Création d’un cheval à bascule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s