Rafraîchissement d’une balance de ferme

Prologue

605f6fef-0cc1-4521-b78a-8a02ff632125.jpeg
La Tour Romane, à Amay

C’est mon ami Michel, président du Syndicat d’Initiative d’Amay, qui m’a confié le rafraîchissement de cette ancienne balance de ferme.

Il s’agit d’objets anciens, aujourd’hui assez courants mais que l’on trouve malheureusement dans de piteux états… Ou ayant été bricolées, rabokètées,…

Ces balances servaient tant au pesage de bêtes comme des cochons ou des moutons qu’au pesage de grains et autres vivres. On posait alors les choses à peser sur le socle de la balance, et on contre-balançait celles-ci à l’aide de poids sur le plateau à l’arrière de l’engin.

De fabrication solides, elles supportent des poids maximum de l’ordre de 150 à 200 Kg. Le problème était alors leur précision approximative…


Rapiéçage du montant

DSCN6081

Après le démontage quasi-complet de la balance, j’ai entamé mon raccommodage. Le montant, suite à un mauvais entreposage, était vermoulu, au point de se désagréger si l’on grattait sur celui-ci.

J’ai coupé au niveau du bois sain, puis j’ai réalisé une entaille pour avoir un arrêt à la pièce à ajuster.

Le montant était en hêtre, bois fragile et facilement attaqué. N’ayant pas cette section de hêtre à l’atelier, j’ai opté pour un collage, composé à l’arrière de chêne, à l’avant de hêtre venant du plateau de la balance. Le chêne, plus résistant, renforce la durabilité générale du montant.

Les pièces ont été fraisées à l’aide de la Festool Domino, et maintenue en serrage par des vis bouchonnées. Vu la dureté des bois en présence, j’ai opté pour des vis auto-perforantes, fines mais longues.


Entaille des longerons

DSCN6082

Le montant fraîchement réparé et fixé, j’ai repéré l’angle d’ouverture des parties mobiles de la balance. J’ai reproduit cet angle pour les entailles du montant, ainsi que pour la découpe de la traverse.

J’ai ensuite évidé ces entailles obliques au ciseau à bois. J’ai ensuite posé mes longerons, sur lesquelles j’avais préalablement posé la traverse sur laquelle se repose les pointeurs de la partie mobile de la balance.

Les longerons posés, j’ai boulonné les fers rigidifiant l’ensemble sur ceux-ci.


Pose des anneaux

Des anneaux était présents à l’avant de la balance, probablement pour faciliter son déplacement (la balance pèse environ 40 Kg).

Les anciens crochets n’était plus en état d’assumer quelque fonction que ce soit, j’ai donc utilisé les même crochets à bois que lors de la mise en couleur des châssis de fenêtre que j’ai réalisé il y a peu. J’ai utilisé un brûleur à gaz pour chauffer et manipuler le métal du crochet, insérer l’anneau, et fermer le crochet. J’ai ensuite coincé celui-ci dans l’étau, le temps que le tout refroidisse.

À hauteur et espacement égaux, j’ai pré-percé les bois à un diamètre de 5 millimètres, en veillant à tomber dans la rainure de la traverse reportant le poids de la partie mobile (ce qui renforce encore l’assemblage).

J’ai appliqué un peu de paraffine sur les filets des crochets, puis j’ai tourné en faisant levier à l’aide d’un tournevis. L’idéal serait de poser un point de soudure sur le bout du crochet pour éviter que celui-ci ne se déforme lors du vissage.

 


Réparation d’un éclat

Un éclat était présent sur un des longerons mobile de la balance. Il s’agit de hêtre, attaqué particulièrement à cet endroit, et par conséquent fragilisé.

J’ai entaillé sur toute l’épaisseur du longeron, sur une hauteur et une longueur suffisante pour éliminer l’ensemble du bois vermoulu. Pour se faire, deux traits de scie et évacuation au ciseau de menuisier. Il est indispensable de couper droit !

Enfin, j’ai débité un morceau de hêtre de section identique au volume de bois enlevé, que j’ai encollé et vissé dans le longeron. J’ai ensuite légèrement poncé pour affleurer les pièces.

 


Réalisation d’un panneau massif

Le panneau massif, en hêtre, était également dans un sale état, ce pourquoi j’ai pris la décision de le remplacer.

Pour ça, j’ai corroyé quelques voliges de chêne, sur lesquelles j’ai fraisé un micro-denturage : Il s’agit de biseaux réalisés les uns à la suite des autres, opposés l’un à l’autre. L’assemblage possède ainsi deux fois plus de surface, et est, s’il est bien réalisé, bien plus solide.

Pour se faire, j’ai marqué mes pièces, en prenant soin d’alterner le fil du bois. J’ai passé un champ, face vers le plafond, puis l’autre champ, face sur la table (sinon, il y aurait un décalage en épaisseur d’une demi-denture).

J’ai ensuite encollé le tout à la colle blanche (car la balance est destinée à l’exposition dans la Tour Romane), et mis sous presse pendant plus de 48 heures (week-end oblige).

 


Pose et finition du panneau

Le panneau sec, j’ai marqué celui-ci pour le découper. Ensuite, j’ai percé une série de trous à 3 millimètre de diamètre, à des espacements égaux. Puis j’ai alésé ces trous à 5 millimètres, avant d’appliquer une vis au fond de ceux-ci, pour maintenir le panneau à plat sur les longerons mobiles.

Enfin, j’ai utilisé des vis métriques à bois pour « bouchonner » les trous des vis. Pour se faire, j’ai coupé à la scie à métaux le filet et j’ai collé et enfoncé au maillet la tête bombée dans le panneau.

 


Réglage de la bascule

La balance entièrement remontée, il est nécessaire de l’ajuster (étalonnage).

L’ajustage d’un instrument de mesure, parfois aussi appelé calibrage, réglage ou improprement auto-étalonnage, est une opération réalisée pour permettre à un appareil de mesure d’afficher des valeurs correspondantes à des valeurs données de la grandeur physique à mesurer.

Pour se faire, il suffit de faire correspondre les poids sur le plateau et sur le socle de la balance lorsque la balance est à plat; Ainsi, le petit plateau où l’on pose les poids de mesure sera généralement plus léger que le socle de la balance.

J’ai utilisé, pour l’ajustage de cette balance, des barres métalliques, boulonnées sous le socle. Ainsi, le socle de 440 centimètres carré reste entièrement utilisable.

Autrefois, les socles de ces balances se composaient d’un caisson en bois massif, aux finitions toutes relatives, dans lesquelles on glissait des poids de toutes natures (morceaux métalliques, pierres,…). Cela servait à l’ajustement de la balance.

 


Finitions générales

La balance entièrement remontée, j’ai choisi de ne pas repeindre cette balance, afin de garder au maximum son aspect ancien.

Ainsi, les boulons en acier galvanisé seront peu à peu attaqués et rouillés par les tanins présents dans le chêne, chêne qui va brunir au fil du temps, pour atteindre une teinte proche des pièces déjà en place.

IMG_20171002_122403

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s