Réalisation d’une porte plane

Prologue

Detail_fineerdeur-celrooster

La porte est une des menuiseries la plus courante dans le bâtiment, ainsi on en trouve plus d’une dizaine en moyenne par maison.

Il en existe de plusieurs types – de la plus complexe comme la porte à moulure à la plus simple comme la porte plane.

Ces feuilles de portes sont généralement basées sur des mesures standard : De 630 à 830 millimètres de largeur pour 2015 à 2115 millimètres de hauteur.

Ici, au vu des désidératas (renforcer un sentiment de sécurité, avoir une porte discrète), j’ai choisi de réaliser une feuille de porte de 10 millimètres entourant une ossature de bois massif isolé, posé avec un simple joint de silicone finissant le raccord de l’ébrasement au mur.


Choix des matériaux

Ici, le choix des matériaux importe assez peu, l’important est le type de matériaux choisis, soit :

  • Un ébrasement en multiplex de 18 millimètres d’épaisseur : Cela permet une bonne rigidité dans son application au mur;
  • Une feuille de multiplex de 12 millimètres d’épaisseur de chaque côté de la porte : Cela permet là une bonne rigidité de la porte, une sécurité vis-à-vis de l’infraction ainsi qu’une grande solidité, et donc une bonne longévité;
  • Une ossature et un listel fait d’un bois structurellement stables;
  • L’utilisation correcte des colles mises à la disposition de nos amis les scrinîs.

J’avais au départ choisi une ossature de méranti, avec des panneaux surfacés de Radiata Pine pour leurs chants bien remplis, mais mon négociant habituel était fermé ce jour.

La porte ci-dessous à donc été réalisé sur base d’une ossature en sapin scandinave (des chevrons SLS rabotés), un listel en chêne et des feuilles de panneaux surfacé de méranti.


Débit des matériaux

IMG_20171020_170854

J’ai débité les feuilles de panneaux en les superposant, de façon à avoir deux pièces parfaitement identiques.

J’ai veillé à soustraire l’épaisseur supplémentaire des panneaux de porte sur l’épaisseur des bois d’ossature, afin de ne pas trop réduire le dépassant du cylindre lors de la pose du boîtier de serrure.

Aussi, j’ai débité les jambages d’ébrasement, que j’ai ensuite recoupé à l’aide du guide parralèle sur la scie circulaire à table. Cela permet d’avoir parfaitement la même largeur pour les trois pièces, et éviter les désafleurs.


Préparation de la première feuille de panneau

Pour un gain de temps considérable, j’ai utilisé de la colle de contact pour coller sur la première face de la porte sur son ossature.

Les colles de contact à base de solvants organiques contiennent un agent fixateur à base de caoutchouc (le collage sera donc flexible), de polyuréthane ou de néophrène.

Elle s’applique sur chacun des supports, et c’est l’évaporation de ses solvants qui régit le collage : Si la colle ne poisse plus (si elle ne colle plus au toucher), les pièces sont prêtes à être mises en contact. Il suffit ensuite de simplement maroufler pour les matériaux flexibles, de marteler pour les matériaux rigides.

Elles ne permettent pas d’encollage nécessitant de glisser les pièces l’une contre l’autre, comme dans des assemblages à tenons et mortaises. Ces colles possèdent par contre une grande résistance à haute température.

J’ai étalé la colle à l’aide d’un peigne dentelé uniquement sur le recouvrement du morceau de bois ainsi que sur la face de celle-ci; Après que les solvants aient été évaporés, j’ai martelé ces voliges au panneau en laissant un léger dépassant.

Les pièces encollées entre elles, j’ai utilisé une fraise à roulement pour ajuster parfaitement les voliges aux bords des panneaux.


Pose de la deuxième feuille de panneau

Les voliges collées, j’ai appliqué de la colle blanche sur ces dernières, qui serviront de base de collage à la deuxième feuille de panneau.

Cela fait, j’ai humidifié la feuille encadrée de bois pour y appliquer un cordon de mousse polyuréthane. J’ai enfin appliqué le deuxième panneau, que j’ai vissé, vis que rebouchées à l’aide d’une pâte spécialement conçue à cet effet.


Entaille des paumelles et du boîtier de serrure

Dans l’attente du séchage de la pâte, j’ai tracé et entaillé les paumelles à l’aide de ma défonceuse Festool OF1010. J’ai d’abord réalisé cela sur la partie ouvrante de la porte, coincée dans l’étau de mon établi; Enfin, j’ai reporté les points hauts et bas de ces entailles sur l’ébrasement, comptant un jeu de 3 millimètres nécessaire au mouvement de la porte.

Le boîtier de serrure, d’une épaisseur de 12 millimètres, à été entaillé au bédane, à l’ancienne. J’ai veillé à bien égaliser les joues de ma mortaise, pour éviter qu’à terme, des échardes de bois n’entravent le bon fonctionnement du boîtier.

Cela fait, j’ai appliqué sur le contour de la feuille de porte la pâte de rebouchage précedemment appliquée pour combler les éventuels trous dans les chants du panneau multiplex, ainsi que les nœuds vicieux du résineux. J’ai enfin poncé l’ensemble à l’aide de ma ponceuse Festool DTS 400, plus efficace ici que l’imposante Festool Rotex RO150.


Entaillage de l’ébrasement

Outre l’entaillage des paumelles, il est nécessaire d’appliquer la gâche ainsi que ses deux mortaises, nécessaire aux pennes lançant et dormant.

Aussi, et ce pour une question d’estéthique et de facilité, j’ai réalisé une entaille recevant le listel. Celui-ci est vissé par l’extérieur de l’ébrasement pour le coincer correctement à serrage.

IMG_20171106_144035


Montage et pose du bloc-porte

J’ai appliqué un domino et deux vis aux assemblages des jambages et tête d’ébrasement; Ensuite j’ai appliqué ma feuille de porte dans celui-ci, après avoir appliqué un déchet de bois au pied de l’ébrasement, celui-ci maintenant l’écartement des jambages.

Les murs étant relativement droits et la baie correspondant aux dimensions de mon ébrasement, des blochets ne seront pas utilisés – j’appliquerais directement les vis au travers de l’ébrasement – et la mousse polyuréthane non plus.

Les vis, pour ne pas être visibles, seront posées sous les paumelles, ainsi que dans une des mortaises de la gâche.

Enfin, un joint de silicone sera tiré tout autour de l’ébrasement, la pose d’un chambranle n’étant, dans ce cas, pas possible.

Méthode de pose de portes intérieures à l’aide de blochets en bois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s