Réalisation d’une porte coulissante sur mesure

Prologue

normal_IMG_20171222_160911

C’est suite à la restauration complète d’une ancienne maison de maître en un appartement et un studio, par une architecte et son fils menuisier, qu’on été érigées des cloisons courbes surfacées d’un bardage en résineux lasuré de bleu ciel.

Le problème est qu’il s’agit d’un simple cloisonnage, sans possibilité de fermeture quelconque, ce qui pose problème au niveau de la salle d’eau – Ce pourquoi avait été posé un rideau dans la baie.

Un autre soucis est la largeur de cette baie : 560 millimètres, soit très étroit, trop étroit que pour poser une porte accordéon en plastique, mais avec un débattement latérial suffisant pour la pose d’une porte coulissante.


Choix des matériaux et de la quincaillerie

Garniture-porte-glissiere-Single-Slide-560-2-1m_347618_440x330

J’ai eu l’occasion de trouver du sapin rouge du nord assez ancien, en voliges d’une épaisseur de 35 millimètres pour réaliser ce panneau de porte en gardant un style plutôt rustique.

Au niveau de la quincaillerie, j’ai choisi un ensemble avec un profilé et des roulettes en nylon, des équerres de fixation au mur et des sabots de fixation de la porte sur les patins. Il s’agit d’un choix peu coûteux, et durable au vu du poids de la porte.


Débit des bois

IMG_20180108_123842

J’ai dégauchi et raboté les bois du panneau de porte pour obtenir une épaisseur finie de 30 millimètres, en plus d’une écharpe et de traverses de 15 millimètres.

N’ayant pas les longueurs nécessaires, j’ai détaillé dans certaines pièces un trait de Jupiter, permettant un assemblage précis et discret.

L’assemblage à trait de Jupiter désigne un assemblage qui lie deux pièces de bois de même section afin d’en faire une plus longue. C’est un assemblage en bois de bout, qui est utilisé en charpente et en menuiserie.

Son nom provient de sa forme, en forme d’éclair, identique à celui que Jupiter tiens dans la plupart de ses représentations.

J’ai pris garde aux poches de résine contenues dans les bois résineux, et ai utilisé de la paraffine pour parfaire le glissage des bois sur les tables de machine.

Aussi, j’ai veillé à éliminer un maximum de défaut, comme les nœuds vicieux et autres torsions du fil du bois. Dans le cas où du contre-fil serait présent sur les pièces, il sera poncé avec un papier à grain fin.


Collage du panneau de porte

IMG_20180117_191620

Les pièces encollées, le panneau doit être légèrement pressé entre cales, sur du papier journal, et dans sa largeur, pour permettre l’alignement de toute les pièces. Ensuite, dans la longueur des pièces possédant un trait de Jupiter.

Ensuite, le serrage doit être fait progressivement dans les deux dimensions, en plus d’un solide maintient à plat avec une pièce d’une épaisse section pour éviter son fléchissement sous l’effort.

La pression minimale doit être d’environ 1 Kg/cm² pendant environ 12 heures; Je serre personnellement au plus fort, pendant un minimum d’une journée.

Il faut veiller à mettre juste ce qu’il faut de colle, pour éviter que celle-ci ne suinte et ne tache tout. La colle vinylique blanche se nettoie facilement avec un chiffon humide, tandis que la colle polyuréthane doit être nettoyée mécaniquement.


 

Montage de l’écharpe

IMG_20180122_130846

Sous l’écharpe et les traverses sont encastrés des fers en T, pour éviter la torsion du panneau.

Ces fers sont collés à l’aide d’une colle polymère, appliquée au fond des rainures.

Ces pièces sont solidarisées l’une à l’autre avec deux dominos de 5 millimètres, fraisé à l’aide de ma Festool Domino DF 500, en respectant la règle des 3 tiers.

Les traverses et l’écharpe quand à elles sont collées à l’aide colle polyuréthane, et vissées à l’aide de vis à têtes bombées pour éviter le serrage.


Pose sur chantier

J’ai d’abord procédé à la pose d’une traverse dans le même plan que la face extérieure de la cloison. Ainsi, cette pièce peut recevoir et soutenir une partie du rail coulissant.

Cela fait, j’ai vissé mon rail au plus haut de la cloison, et ai glissé ma porte sur les pattes adéquates.


Réglage

Le réglage de niveau s’effectue en vissant ou dévissant les deux pattes fixées sur les coulissants. Comme lors du réglage de portes de façade de meubles, le réglage doit être réparti sur l’ensemble des pattes : Ainsi, pour déplacer la porte de 1° dans le sens horaire, il suffit de visser d’un tour à gauche et dévisser d’un tour à droite.

Pour descendre ou remonter la porte, il suffit simplement de dévisser ou visser les deux pattes de la même façon.


Ajout des accessoires

IMG_20180203_114853

J’appelle « accessoires » l’ensemble des finitions à apporter à la porte, dont un montant et une traverse.

Le montant, d’une épaisseur supérieure à la feuille de porte, lui sert d’arrêt, en plus des plots d’arrêt réglable dans le profilé métallique.

La traverse quand à elle sert à cacher le profilé.

L’ensemble des vis de montage sont, comme sur les pièces ajustées sur le panneau de porte, apparentes. De plus, l’ensemble est collé à l’aide d’un polymère.

Enfin, un léger ponçage avec un grain fin sur ma ponceuse delta Festool DTS 400, et la porte n’attendra plus qu’un traitement approprié; Idéalement une huile transparente, voir une lasure colorée. J’apposerais après cela les joints de silicone transparent d’étanchéité et de finition.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s