Réalisation et pyrogravure d’une boîte aux lettres

Prologue

CAHC

C’est suite à la réalisation de la boîte aux lettres du Syndicat d’Initiative qu’un ami membre du Cercle Archéologique Hesbaye-Condroz a régulièrement reloukî notre boîte aux lettres, et à souvent fait quelques allusions à celle du Cercle, un modèle basique en tôle, ayant été vandalisée.

Le Cercle Archéologique Hesbaye-Condroz (CAHC, en abrégé) a été créé en 1959 par des chercheurs et archéologues enthousiastes. Acquérant des compétences au fur et à mesure, les méthodes employées par les membres de l’ASBL sont devenues plus rigoureuses, au profit de l’étude et du relevé scientifiques du patrimoine local. La protection du patrimoine archéologique est depuis toujours le fil conducteur de ses membres.

De plus, les histoires du Musée Communal d’Archéologie et d’Art Religieux, du Syndicat d’Initiative et du Cercle Archéologique sont depuis longtemps liées, le Chœur de la Collégiale Sainte Ode et Saint Georges abritant le sarcophage de Sancta Chrodoara, le Cercle réalisant ses assemblées générales aux étages de la Tour Romane.


Croquis annoté de la boîte aux lettres

Ne connaissant personnellement que leur vice-président, homme au fort caractère et au bon goût (je cite : Une Trappiste, ça se boit à température de cave !) je me suis basé sur les mensurations de l’actuelle boîte, adaptée aux épaisseurs des pièces et aux demandes de B-Post.

Découlant des pièces de chêne récupérés et en partie utilisées pour réaliser des cubes en bois, j’ai opté pour du chêne, un bois noble et indigène, tandis que la boîte aux lettres du Syndicat est de la même essence que nos châssis de fenêtre.

J’ai réalisé un premier croquis, qui a évolué après réflexion : Ainsi, pour gagner en hauteur utile, l’arc de cercle à été remplacé par un angle, et la face par un châssis à panneau à plates-bandes.

Le fond est un panneau OSB encastré dans une battée et vissé dans les montants de la boîte. Celui-ci permet également le soutien de l’ensemble sur le mur.

IMG_20180226_120901


Réalisation de la boîte aux lettres

Je ne m’étendrais pas ici sur la réalisation de la boîte, simple assemblage à l’aide de la Festool Domino DF 500 et découpes à angles.

Pour renforcer l’ensemble de la boîte, j’ai apposé quelques équerres aux assemblages. Aussi, les panneaux de face et de dos sont assemblés dans une battée, encollés et vissés.


Choix des motifs et reproduction au crayon

Ici, le choix d’un dessin, mis en valeur sur le panneau grâce aux plates-bandes, était tout naturellement la figure présente sur le sarcophage de Sancta Chrodoara, emblème et grande fierté du Cercle.

Le trait doit être précis et fin, tout en restant lisible; Ainsi, en fonction de l’essence de bois choisie, je choisi un grain de crayon différent. Le chêne, le frêne, l’afzélia, plus durs et plus lisses, nécessitent un crayon plus gras, tandis que le hêtre, le méranti, certaines essences de résineux, parfois plus tendres et plus rugueux, demandent une pointe plus sèche.


Pyrogravure

La pyrogravure est une technique ancestrale de gravure sur bois, probablement importée d’Afrique voici plusieurs siècles.

Technique très simple, elle consiste en l’échauffement du bois, qui brûle et se contracte au contact de la panne du graveur. Il existe pyrograveur pour tout budgets, et il s’agit d’un outil électrique peu énergivore, pour exemple, le mien consomme environ 30 Watts pour une température à la pointe d’environ 500 °C.

Ainsi, avec une certaine dextérité, il est possible de recréer des motifs sur le bois. Néanmoins, c’est moins facile qu’au crayon, la panne pénétrant dans le bois à cause de la chaleur induite. Il convient de prendre garde à pyrograver la même épaisseur de trait, avec moins de force dans le sens du fil du bois que perpendiculairement à ce dernier.


Finition

La pyrogravure entièrement finie, il suffit de débrancher ou d’éteindre l’appareil et le laisser refroidir sans que celui-ci ne rentre en contact avec quoi que ce soit, au risque de l’abîmer, voir de l’enflammer ou le faire fondre.

La pyrogravure laisse des traces brunâtres dues à la combustion du bois, et ce plus particulièrement avec le chêne qui contient assez bien de tanins.

Les tanins sont des substances végétales de la famille des polyphénols, généralement hydrosolubles. Elles colorent leurs supports en des teintes allant de beige à brun foncé. Ces substances servent aux plantes (arbres, plantes à fleurs,…) à leur défense contre les parasites. On les retrouvent également dans des boissons comme le thé, le café, la bière ou encore le vin.

Ainsi, un ponçage assez fin, à l’aide d’une ponceuse du type Festool DTS 400 et d’un abrasif fin magnifieront la pyrogravure. Il est possible que certaines retouches soient à réaliser, auquel cas un ponçage ultérieur sera nécessaire.

IMG_20180227_085958

Enfin, il sera nécessaire de fixer cette nouvelle boîte en lieu et place de l’ancienne, et d’éventuellement lui appliquer une couche protectrice – L’endroit étant relativement couvert et le chêne un bois plutôt résistant, cela n’étant pas indispensable.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s